rapport d’observation de la gouvernance en commune Gisozi (décembre 2012)

mardi 15 janvier 2013,par Jean Bosco Nzosaba

A l’instar des autres communes du Burundi, la commune de Gisozi est une collectivité territoriale décentralisée, dotée de la personnalité juridique, de l’autonomie organique et financière. Cette autonomie se manifeste dans la gestion quotidienne de la commune sur le plan administratif, politique, économique, social, judiciaire, sécuritaire, etc. D’abord, la gouvernance politique et administrative est marquée par la mise en place de tous les organes prévus par loi dans la commune de Gisozi. Le Conseil communal qui coiffe les autres organes est un organe politiquement équilibré et dont la composition tient aussi compte de la dimension genre. Ce Conseil est relativement stable et fonctionnel à s’en tenir à la régularité des réunions prévues par la loi. Cependant, c’est un organe incomplet puisque sur un effectif de 15 membres élus en 2010, il ne reste que 13 membres de ce Conseil, ce qui n’est pas conforme à la loi. Il subsiste ainsi deux sièges vacants du parti MSD et aucun membre de ce parti n’est disposé à combler ce vide. Malheureusement, la loi est lacunaire puisqu’elle n’offre pas de voies de solution pour compléter cet organe.
PDF - 799.7 ko

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)