Le projet de budget de l’Union africaine à l’examen

jeudi 28 juin 2018,par Jean Bosco Nzosaba

Le Comité des quinze ministres des Finances de l’Union africaine (F15) s’est réuni mercredi dans la capitale mauritanienne, Nouakchott, pour examiner le projet de budget de l’exercice 2019 qui sera soumis au sommet de l’UA les 1er et 2 juillet.

A cette occasion, le ministre mauritanien de l’Economie et des Finances, Moctar Ould Diay a souligné que le Comité ministériel examinait, entre autres, les textes réglementaires et judiciaires nécessaires à l’application du prélèvement d’un taux de 0,2 % sur les importations en provenance de l’extérieur du continent.

Le ministre mauritanien s’exprimait aux médias en marge des travaux du comité F15 et dont les propos ont été rapportés par l’Agence de presse africaine (APA). Il n’a pas donné de précisions sur le montant du budget de l’organisation.

La décision de prélever 0,2%, a-t-il rappelé, avait été prise lors du sommet de l’UA tenu à Kigali, Rwanda, en juillet 2016. Ces prélèvements permettraient de financer l’Union africaine et de renforcer son autonomie financière.

Cette réunion du comité F15 a eu pour objet "de mesurer les derniers développements enregistrés par l’UA dans le processus de mise en œuvre des réformes institutionnelles et de l’autofinancement durable et équitable à travers la garantie du financement par les Etats africains des activités de l’Union et la consolidation de l’agenda du développement", a expliqué Ould Diay.

Cette mesure devrait, selon le ministre mauritanien, "contribuer à stimuler la complémentarité économique africaine et renforcer le commerce régional et, partant, la croissance économique".

Pour rappel, la 31ème édition du sommet des chefs d’Etats et de gouvernements de l’UE sera axée sur la lutte contre la corruption. Elle traitera aussi des questions sécuritaires, humanitaires et économiques, en l’occurrence, l’instauration de la zone de libre-échange africaine. Le président français Emmanuel Macron sera l’invité spécial de cette édition. Il se réunira en marge du sommet avec les chefs d’Etats de la force du G5 Sahel, à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Une trentaine de chefs d’Etats et de gouvernements et 54 délégations ont confirmé leur participation, selon les organisateurs.

Source : AA

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)