Revue de la performance du portefeuille de la Banque mondiale au Burundi

mercredi 21 mars 2018,par Jean Bosco Nzosaba

Revue de la performance du portefeuille de la Banque mondiale au Burundi

Le 2ème Vice-président de la République, Joseph Butore a ouvert mardi le 20 mars 2018, à l’hôtel Club du lac Tanganyika, un atelier relatif à la revue de la performance du portefeuille de la Banque mondiale au Burundi. Dans son allocution, M. Butore a rappelé que la coopération entre le Burundi et la Banque mondiale ne date pas d’aujourd’hui. Elle a vu le jour en 1957, avec l’approbation d’un crédit de 4,8 millions de dollars américains pour un projet d’aménagement du port de Bujumbura lancé en juin 1958 pour se clôturer en novembre 1961.

Le deuxième vice-président de la République a indiqué que jusqu’en 2002, la Banque mondiale accordait des crédits au Burundi à un taux de 0,75%. C’est depuis 2003 qu’elle a commencé à octroyer des dons ou des crédits à l’Etat burundais, travers l’Association internationale de développement (IDA). Il n’a pas manqué de signaler que c’est à partir de mai 2006 qu’elle n’octroie que des dons au Burundi.

Au 31 décembre 2017, les apports de cette institution financière au Burundi avaient déjà totalisé plus de 2,3 milliards de dollars américains de crédits et dons pour le développement des populations burundaises, a-t-on indiqué.

M. Butore a signalé que l’organisation de cet atelier s’inspire de la volonté manifeste du gouvernement de suivre de près les réalisations des différents intervenants en matière de développement social et économique du pays, au bénéfice de la population burundaise.

Le ministre en charge des Finances, M. Domitien Ndihokubwayo, a fait savoir qu’à la fin de décembre 2017, le portefeuille comptait dix projets nationaux actifs totalisant des engagements de 416.69 millions de dollars américains et couvrant huit secteurs comme l’agriculture ; l’énergie ; la santé ; la nutrition et la population ; le commerce et la compétitivité ; la protection sociale et le travail ; le transport et les TIC ; la gouvernance, l’environnement et les ressources naturelles.

M. Ndihokubwayo a précisé que le Burundi participe à des programmes régionaux financés par l’IDA. Cinq projets régionaux totalisant des engagements de 243.45 millions de dollars américains sont en cours de mise en œuvre au sein du portefeuille du Burundi, a-t-il ajouté. Le représentant résident de la Banque mondiale, M. Nestor Coffi, a fait savoir que cette rencontre arrive à point nommé car, a-t-il dit, elle offre l’opportunité d’échanger sur la coopération. Il a précisé que la Banque mondiale a déjà approuvé plus de 660 millions de dollars américains qui sont disponibles pour appuyer les investissements socio-économiques visant à réduire significativement la pauvreté et promouvoir une croissance économique inclusive . Source : ABP

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)