Analyse sur la transparence dans la gestion des marchés publics

mardi 15 janvier 2013,par Jean Bosco Nzosaba

Peu après la signature de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi, le Gouvernement de la République du Burundi a ouvert un vaste chantier de réformes. Les principaux axes de cet élan réformiste étaient notamment la modernisation des textes légaux et réglementaires en vue d’une gestion rigoureuse des finances publiques, la mise en place et le renforcement des structures de contrôle spécialisées dans la lutte contre la corruption. La promulgation de la loi n°1/01 du 04 février 2008 portant Code des marchés publics au Burundi s’inscrit dans ce cadre. Le nouveau Code pose les principes directeurs de la passation des marchés publics à savoir : l’accès à la commande publique, l’égalité de traitement des soumissionnaires, la transparence des procédures. On peut noter comme autres innovations la déconcentration des organes de passation, la décentralisation des organes de contrôle et de régulation, l’intervention de personnes indépendantes dans la procédure de passation des marchés, la collaboration entre l’administration, la société civile et le secteur privé dans le règlement des différends survenus à l’occasion de la passation et de l’exécution des marchés publics.
PDF - 629.1 ko

 

 

Copright © Observatoire de l'Action Gouvernementale (OAG)