Les prisons restent engorgées malgré la mesure de grâce présidentielle Featured

Rate this item
(0 votes)

La commission permanente chargée des questions de la justice et des droits de l’Homme à l’Assemblée nationale a présenté mardi le 11 avril 2017, devant les députés et le ministre de la Justice et Garde des sceaux, à l’hémicycle de Kigobe, le rapport des descentes effectuées en dates du 28 et 29 février et 1er mars 2017 dans différentes provinces et prisons du pays pour analyser l’état d’avancement de la mise en application du décret no100/01 du 3 janvier 2017 portant mesure de grâce. Le président de cette commission, M. Félix Niragira, qui a présenté ce rapport, a fait savoir que l’objectif de ces descentes était de constater, en tant qu’élus et que représentants du peuple, l’état d’avancement du processus de libération des prisonniers concernés par la grâce présidentielle décrite dans ledit décret, ainsi que son impact sur la vie tant dans les prisons que dans la société d’accueil après la libération de ces prisonniers. D’après M. Niragira, ce rapport contient des réalités du terrain, basées sur des contacts menés auprès des gouverneurs, des procureurs de la République, des commissaires de police dans chaque province, des directeurs des prisons, des représentants des prisonniers, de certains bénéficiaires de ce décret et du président de la commission chargée des dossiers des prisonniers dans les prisons et la justice. Les résultats de cette activité sont donc satisfaisants, du fait que 2045 détenus ont été libérés. Ces derniers, qui apprécient beaucoup cet acte et la manière dont ils ont été accueillis dans la société, demandent à ce que de telles initiatives soient souvent faites, quand bien même certaines des personnes libérées ont déjà commis d’autres crimes, et que les prisons sont toujours en difficultés suite au nombre exorbitant des prisonniers. Selon le rapport, la prison de Mpimba, qui était destinée à accueillir 800 détenus, héberge 3121 prisonniers dont 618 seulement ont pu être libérés. A la prison de Bubanza, construite pour accueillir 150 détenus, 133 détenus ont été libérés sur les 445 prisonniers. La prison de Murembwe en province Rumonge, dont la capacité d’accueil est de 800 prisonniers, héberge 1018 détenus parmi lesquels 156 ont été libérés. La prison de Ngozi, qui ne devrait accueillir que 400 prisonniers, loge 1105 prisonniers dont 465 ont été libérés. La prison de Muramvya, construite pour une capacité d’accueil de 100 locataires, abrite 650 détenus et 153 ont été libérés, tandis qu’à Gitega, où la maison d’incarcération devrait avoir 400 prisonniers, on en dénombre 893 dont seulement 93 ont pu sortir. D’après le député Niragira, la commission a relevé des défis liés au transfert de certains prisonniers sans leurs dossiers, à l’inexistence des textes sur la suite réservée aux prisonniers indigents libérés mais qui doivent dédommager les victimes, au manque de déplacement pour les exécutions judiciaires et les comparutions des détenus, au nombre de prisonniers toujours supérieur à la capacité d’accueil des prisons, à la vétusté des infrastructures et à d’autres aspects. Le même rapport souligne que malgré cette initiative louable du président de la République, la libération de certains détenus n’a pas apporté grand-chose sur les conditions de vie dans les prisons. Les députés membres de la commission permanente chargée des questions de la justice et des droits de l’homme demandent, à travers ce rapport, que les descentes dans des prisons soient intensifiées pour suivre de près ce qui s’y fait. Ils proposent aussi que d’autres mesures pour désengorger les prisons soient prises. A ce sujet, la ministre de la Justice et Garde des sceaux, Mme Aimée Laurentine Kanyana, a fait savoir que les retards connus dans la comparution et dans les exécutions judiciaires ne sont pas expliqués par l’insuffisance des moyens seulement, mais aussi par la mauvaise organisation et la tendance à la corruption de certains juges et procureurs. Elle a fait savoir que des lois ont été promulguées pour accompagner ce décret et que des sanctions contre les récalcitrants sont prévues. L’informatisation du ministère de la Justice et des prisons favoriserait aussi le contrôle de toutes les activités et la prévention des fraudes commises dans les juridictions, a signalé Mme Kanyana. Des textes, avec des délais bien fixes sur le dédommagement des victimes par les prisonniers indigents libérés, doivent être mis au clair, a suggéré le président de l’Assemblée nationale, M. Pascal Nyabenda, ajoutant que les commanditaires des fraudes dans la justice doivent être officiellement publiés pour que ce comportement soit découragé.

Read 2158 times

photos marquantes

etudia3.jpg

OAG

Un Collectifs d'OGNs Burundais engagés dans l'observation de l'action gouvernemental .

Plan du site

  • Accueil
  • Apropos de nous
  • Nouvelles
  • Activites
  • Etudes
  • Déclaration
  • Contact


  • Contact

    Siège social: Bujumbura - Burundi

    B.P: 3113 Bujumbura

    Tél: 22 21 8820

    Email:info@oag.bi

    site web:www.oag.bi