Le gouvernement du Burundi salue la décision de l’UA de ne pas envoyer des troupes au Burundi Featured

dernières nouvelles Written by  mercredi, 03 février 2016 00:00 font size decrease font size increase font size
Rate this item
(0 votes)

Après le rejet de l’envoi des troupes au Burundi par le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) tenu le weekend dernier à Addis-Abeba, le gouvernement du Burundi salue la décision de ne pas envoyer de telles troupes sans la demande ni le consentement du peuple burundais qui a jugé inopportun un tel déploiement, d’autant plus que les forces de défense et de sécurité burundaises assurent la sécurité de tout le territoire et de toute la population, et même au-delà des frontières burundaises, sur demande de la communauté internationale, indique un communiqué du gouvernement du Burundi.

Ce dernier salue par ailleurs la décision prise par l’UA d’envoyer une mission de haut niveau au Burundi. Une telle mission avait été pourtant demandée et à maintes reprises par le gouvernement du Burundi car, c’est la seule occasion de se rendre compte de la réalité politico-sécuritaire qui prévaut au Burundi, après avoir visité le pays et sa population. Le gouvernement fait savoir que « c’est par là que le conseil de paix et de sécurité de l’UA aurait dû commencer avant de prendre, sur base de rapports erronés et manipulés, la décision inappropriée d’envoyer la MAPROBU, une force qui ne pouvait savoir où se déployer et surtout entre quels belligérants, puisqu’il n’y en a pas ».

Le gouvernement du Burundi condamne par ailleurs « la persistance des opinions pour qui l’envoi de ces forces étrangères au Burundi reste une préoccupation principale et qui n’hésitent pas à recourir à des manœuvres malhonnêtes comme la production des rapports falsifiés et accablants, jusqu’à produire des images truquées dans le but d’influencer les décisions des hautes instances internationales ». « C’est le cas, d’après le gouvernement du Burundi, de la récente publication, par l’ONG Amnesty international, des images qui, selon elle, auraient été prises par satellite espion, des photos que l’ONG qualifie d’évidence de probables charniers au Burundi, deux jours seulement avant la tenue du sommet ».

Il condamne cette nouvelle tentative d’Amnesty international de « ternir encore une fois l’image du pays, et trouve que la diffusion de ses prétendues images-satellites montrant la terre ou le sable retournés, dans des régions essentiellement agricoles, ne constituent en aucune manière une preuve matérielle de l’existence de charniers au Burundi ». Le gouvernement du Burundi demande à Amnesty international de plutôt « orienter les projecteurs et braquer les caméras de ses satellites espions sur les camps de recrutement et d’entrainements militaires de réfugiés burundais au Rwanda voisin, des activités qui n’hésitent pas d’impliquer même des enfants soldats, ce qui, sous d’autres cieux, constitue un crime contre l’humanité et une violation grave du droit international humanitaire ».

Le gouvernement du Burundi a par ailleurs accueilli positivement la recommandation du sommet de poursuivre le dialogue inter burundais déjà lancé sous les auspices du président Ougandais Yoweri Kaguta Museveni. A cet effet, il voudrait rappeler « qu’il a toujours mis en avant le dialogue et qu’il n’attend que l’arrivée au Burundi d’une délégation ougandaise pour discuter des modalités pratique de sa poursuite afin de parvenir à des conclusions constructives ».

Le gouvernement du Burundi tient à rassurer, une fois de plus, la communauté tant nationale qu’internationale, « qu’il n’y aura pas de génocide au Burundi, et que le peuple burundais s’opposera par tous les moyens à tous ceux qui voudront imposer ce génocide par quelque voie que ce soit, comme prétexte pour installer un pouvoir qui n’aura pas été l’émanation de sa volonté par voie démocratique ».

 

Read 37970 times

photos marquantes

etudia4.jpg

OAG

Un Collectifs d'OGNs Burundais engagés dans l'observation de l'action gouvernemental .

Plan du site

  • Accueil
  • Apropos de nous
  • Nouvelles
  • Activites
  • Etudes
  • Déclaration
  • Contact


  • Contact

    Siège social: Bujumbura - Burundi

    B.P: 3113 Bujumbura

    Tél: 22 21 8820

    Email:info@oag.bi

    site web:www.oag.bi